Une récompense pour la platine vinyle CSPORT TAT2

A lire donc dans le numéro d’avril de Haute-Fidélité, un banc d’essai complet sur la platine TAT2 de la marque japonaise. Elle est ici présentée en compagnie d’un bras Glanz MH-124S et d’une cellule Mutech Hayabusa.En combinaison avec l’étage phono CSPORT C3EQM2, Bruno Castelluzzo écrit ente autre ceci :
“Il n’est pas exagéré de dire que la platine TAT2 vous fait littéralement redécouvrir votre discothèque. Certains vinyles que vous connaissez par cœur, sorte de juges de paix à chaque test, revivent sous un jour nouveau, encore capables de vous surprendre et d’émerveiller.”“On croirait se trouver devant un magnétophone lisant une bande Master en 38 cm/s tellement les impacts, la sécheresse des attaques, l’absence de flou sur les élans dynamiques sont intenses. L’énergie est omniprésente, inextinguible, mais semble provenir de la musique même, comme à l’affût, et non d’une caractéristique répétitive de la platine. Les écarts de niveau sont incroyablement bien restitués, on est surpris par un pianissimo, alors que sur la mesure d’après, un déferlement puissant se déchaîne.”Et il conclue ainsi :“Le résultat est non moins qu’extraordinaire, littéralement, c’est-à-dire sortant complètement de l’ordinaire, quand tous les éléments associés sont au niveau, ce qui était le cas lors de notre essai, tel l’étage phono C3G. Les mots sont si réducteurs face aux émotions ressenties, impliquantes, violentes et indiciblement subtiles. Comme en face de la réalité, ni plus ni moins, ce qui prouve encore tout le potentiel inestimable de nos chers et désuets vinyles. La TAT2 est assurément une platine de grande classe, hors-concours.”
 

Laisser un commentaire